dimanche 8 avril 2018

717

                                                                                                             0717_0110  [pandemonium
Le mot pour un autre mot d’une langue n’est qu’une bouée de sauvetage... Mr et Mrs Freux virevoltent enlacés au milieu d’une salle de bal grande comme un désert accompagnée d’une musique – dentelle d’injures – venant du ventre et en dessous-de-table. Je parle d’une piste comme d'un cercle tracé à la craie sur le sol, sur l'illusion d'un sol nommé ainsi ; pense à l'aquarelle que je ne trouverais jamais au centre et de toutes les autres qui frisent avec les limites de l’imaginaire territoire, en oubliant que le temps est un autre tracé dont la figure est patatoïdale, météorologique et sonore. (Ma vue diminue et mon bras s’allonge). Ceci dit en regard d'une vue prise et développée à partir d’un impact qui me voit m'éloigner du centre de la ville de Tombouctou... sortir très tôt le matin, pour aller chercher la fade lumière des premiers rayons... tomber sur un monument commémorant l'honneur de la visite d’un maître aujourd’hui déchu. Aller plus loin n'a pas de sens, à la vue des complexes conséquences de ses conquêtes... Espace de reflux pollué. Je me vois entraîné à développer la mascarade des lignes de ce monument où transpire le sexuel de toute célébration, de toute édification, élévation, de toute... Je m’attarde autour d'un amas triangulaire de fusils-mitrailleurs partiellement noyés dans le béton ; vestibule légèrement en avant d'une voûte exposée aux vents ; l’accumulation aurait à voir avec quelques mouvements artistiques, devenus touristiques. Amortisseurs. J'y vois – vissé une motte poilue dit mont de Vénus. Voilà ce à quoi l'espèce se soumet ! Cette version perturbée du désir animal, sacré, profane... De son insatiable aveuglement ! Je ne ris pas de ce point de rencontre encadré de soldats au garde à vous. Éffaré en peignant ce que j'aperçois, je hisse un reste de pavillon noir